« Ces romans dont rien ne peut égaler le ridicule »

Gravure pour la première édition de Le Moine, traduit de l'anglais, de Lewis, An V (1797)
Gravure pour la première édition de Le Moine, traduit de l’anglais, de Lewis, An V (1797)

  La première étude d’ampleur consacrée au roman noir en France au XXe siècle est celle d’Alice Killen1 (1915). Il s’agit d’une lecture historico-littéraire qui se passe de considérations esthétiques à propos du genre. En établissant des liens directs entre les circonstances historiques, les répercussions sociales et la formation du roman noir elle répond aux exigences de l’histoire littéraire lancée par Gustave Lanson, très en vogue au début du siècle.

  Killen opte pour le terme roman terrifiant ou roman noir car, d’après les documents historiques – comme les articles de journaux – dans les années 1790 le genre gothique subit une transformation essentielle. En Angleterre il n’est plus question de « gothic novel » mais de « novel of terror and wonder » et en France de roman « terrifiant ou noir »2. Le château n’est plus le seul thème de ces romans on en introduit d’autres en provenance de l’étranger qui changeront sensiblement sa face : l’anticléricalisme, d’origine nettement française – que l’on attribue notamment au théâtre monacal – et le macabre de la tradition germanique que Lewis contribue à diffuser.

  Cet ouvrage est la première tentative d’aborder systématiquement l’influence du roman gothique anglais sur la littérature française. Au siècle précédent dans Le Tableau de la littérature française, 1800-1815, publié en 1878, Gustave Merlet avait évoqué la grande vogue du « genre qu’on appela satanique […] importé d’Angleterre, et accrédité d’Anne Radcliffe [qui] se soutint pendant un demi-siècle »3 mais l’allusion restait anecdotique. Malgré l’intérêt de traiter d’un nouvel objet, l’auteur insiste sur l’absence de valeur littéraire du roman noir et se garde bien de distinguer entre le romantisme d’Atala, de Corinne ou de Delphine et ce préromantisme frénétique, très XVIIIe siècle. D’après Killen, le roman noir a eu deux versants: celui du roman noir proprement dit, destiné à périr et dont la seule exception est Alphonsine ou la tendresse maternelle (1806) de Mme de Genlis et celui du roman populaire, qui a un peu plus de valeur littéraire, représenté par les romans de Ducray-Duminil.

  L’étude de Killen est plutôt bien accueillie par la critique universitaire. La question des origines du roman noir suscite des vives réactions qui cherchent à établir la préexistence de ses principaux thèmes en France. Servais Etienne, dans un compte rendu publié dans la Révue belge de philologie et d’histoire en 1925, à l’occasion de la réédition de l’ouvrage, affirme que les éléments du roman noir n’ont pas été créés ex-nihilo par Walpole. Quoi que ses principaux prédécesseurs en Angleterre aient bien été Shakespeare et Smollet, l’on trouve ses plus fortes manifestations au XVIIe siècle, en Italie dans les Novelliere, et en France chez l’évêque de Belley. Mais s’il y a un auteur noir avant l’heure, c’est bien Prévost, dont les Mémoires et Aventures d’un Homme de qualité (1729) préfigurent le genre sombre. Le nom de Cazotte revient à plusieurs reprises car il est le premier à proposer une représentation romanesque du diable dans Le Diable amoureux (1772). La particularité du succès des romans terrifiants anglais en France s’expliquerait alors par un retour à leur lieu d’origine4. Ce compte-rendu reflète l’état d’esprit d’une certaine critique nationaliste des années vingt mais il n’est pas complètement dépourvu d’intérêt car il remarque la difficulté d’établir vraiment un genre.

il établit que sous la rubrique de « romans noirs », on comprend des éléments fort divers et que, par conséquent, le genre n’est pas susceptible d’une définition qui convienne également bien à chacun de ses représentants : le roman noir n’est pas toujours et il est quelquefois le roman du surnaturel, ou le roman du fantastique, ou celui du satanisme, il n’est pas toujours et il est simplement le roman à faire peur.5

Etienne propose d’isoler l’élément « noir » et d’en tracer son histoire, ce qui reviendrait à ignorer la part que les événements historiques ont eu dans la configuration du genre.

  L’ouvrage d’Alice Killen a frayé la voie à un nombre important d’auteurs qui ont abordé postérieurement le roman noir. Toutefois, il participe de l’esprit de son temps car l’auteur se permet des remarques gratuites à propos des romans, dont elle hésitera pas à dire que « rien ne peut égaler le ridicule et la nullité »6. Le roman noir n’a donc pas d’intérêt par lui-même mais en tant que signe avant-coureur du romantisme.

1 KILLEN, Alice, Le roman terrifiant ou roman noir de Walpole à Anne Radcliffe et son influence sur la littérature française jusqu’en 1840,  Genève : Slatkine, 2000.

2 Ibid, p 17

3 MERLET, Gustave, cité par KILLEN, Alice, p 92.

4 Etienne Servais propose une liste detaillée des précurseurs du roman noir en France dans  «  Le roman terrifiant ou roman noir de Walpole à Anne Radcliffe et son influence sur la littérature française jusqu’en 1840 » , Revue belge de philologie et d’histoire, 1925, vol. 4, n° 1, pp. 168-174.

5 Ibid, p 171

6 KILLEN, Alice, Op Cit, p 98.