L’Espagne noire des Lumières

Ma thèse de doctorat porte sur la question du décor espagnol dans le roman noir français à la fin du XVIIIè siècle. Depuis Gil Blas (1715-1735) en passant pas les Lettres Persanes (1721), Fernand Cortès (1744) tragédie de Piron, les contes de Voltaire, l’article sur l’Espagne de Masson de Morvillers dans l’Encyclopédie Méthodique (1776), jusqu’aux Lettres a un gentilhomme russe sur l’inquisition espagnole de Joseph de Maistre, l’image de l’Espagne en France participe des tensions en politique comme en philosophie. Les auteurs qui prennent le parti des révolutionnaires voient dans le décor espagnol la toile de fond idéale pour le développement de l’action du roman noir. L’Espagne et ses structures sociales, notamment l’Inquisition, favorisent le développement d’une légende noire. Les défauts de l’Ancien Régime ressortent lorsqu’il est question de décrire l’Espagne. Le portrait de l’Espagnol a, la plupart du temps, une valeur d’usage nettement politique. Les contre-révolutionnaires quant à eux n’hésitent pas à proposer une défense théologique de l’Inquisition qui connaît des prolongements jusqu’aux temps modernes. L’Espagne est très présente dans l’imaginaire collectif français, elle a été exploitée depuis le début du siècle, notamment par Lesage, mais sa représentation devient plus complexe pendant et après la Révolution. Elle nous dit énormément de choses non seulement sur les changements et les tensions politiques, mais aussi sur la mutation historique que subit le roman français à l’époque, et qui le conduit à abandonner lentement les canons du classicisme.

Mon corpus est composé par un ensemble de romans noirs écrits ou traduits en français entre 1793 et 1810 et dont l’action se déroule en Espagne. On interroge les intérêts politiques et philosophiques de la représentation de l’Espagne dans Aline et Valcour ou le roman philosophique (1795) de Sade, Le Moine de Lewis, 1795 (traduction française de 1796) Bororquia ou la victime de l’Inquisition de Fray Luis Gutiérrez ( première édition en français en 1803), Les Visons du Château des Pyrénées attribué faussement à Ann Radcliffe mais écrit par Catherine Cuthbertson (traduction française de 1803) et le Manuscrit trouvé à Saragosse de Jean Potocki (versions de 1804 et 1810).

La représentation de l’Espagne en France durant cette période n’a pas encore été l’objet d’une thèse en littérature française d’où son intérêt pour une nouvelle recherche. Paradoxalement un nombre important d’études en littérature française sont consacrées au rapport entre les aires culturelles germanophones, italophones et francophones et sont favorisées par l’existence d’un doctorat européen entre ces trois pays. Mon objectif est aussi en quelque sorte de suppléer à l’absence institutionnelle de l’Espagne de ces études.

Ce travail s’inscrit dans la continuation de mes études de master où j’ai consacré deux mémoires à la question de la modernité et de l’actualité de l’œuvre de Sade. Le caractère noir de son écriture m’a été révélé grâce aux textes de Maurice Heine et d’Annie Le Brun. 


Une réflexion au sujet de « L’Espagne noire des Lumières »

  1. Ceci est un exemple d’un commentaire dans WordPress. Vous pouvez le modifier pour mettre ici des informations vous concernant ou concernant votre site afin que vos lecteurs en sachent un peu plus sur vous. Vous pouvez créer autant de commentaires que vous voulez, et gérer l’intégralité de votre contenu dans WordPress.

Les commentaires sont fermés.